annuaire

Articles

  • Combien çà coûte ?
  • Répondre simplement à la question « combien çà coûte ? » n’est pas chose facile en raison du grand nombre de paramètres qui ont une influence sur le prix final d’une toiture végétalisée. Parmi ceux-ci, on peut citer entre autres: - le système de végétalisation lui-même (extensif, semi-intensif) - le mode d'implantation ( en pré-cultivé ou en semis ) - l’accessibilité à la toiture et hauteur du bâtiment donc (logistique nécessaire à l'acheminement des matériaux) - la surface de la toiture ("économies d'échelle"), sa complexité (toiture plus ou moins encombrée : cage d'ascenseur, ventilation/climatisation, ...) Toutefois, on trouve aujourd'hui des tarifs de systèmes de végétalisation posé à partir de 35 € HT /m² (hors isolation, étanchéité) pour des toitures extensive avec semis de fragments de Sedum, sans difficultés particulières. Il va de soi qu’un devis établi par un professionnel reste la meilleure solution pour établir une évaluation fiable correspondant à son projet et ses moyens.

  • Toutes les plantes sont-elles utilisables sur les TTV ?
  • Sur une toiture, les conditions de vie sont difficiles pour les plantes : sécheresse, chaleur et froid intenses, excès d'eau parfois, faible profondeur de substrat. Tous les végétaux ne peuvent pas se développer dans ces conditions. Les espèces dites xérophiles (résistantes à la sécheresse) sont les plus adaptées pour les toitures extensives, à faible épaisseur. Parmi celles-ci, les Sedum sont très largement employés. Plus l'épaisseur de substrat augmente et plus la gamme végétale disponible se diversifie. Cependant, il faut privilégier les espèces rustiques, à faible développement et les couvre-sols vivaces, qui permettent de maintenir une toiture végétalisée toute l'année. Dans tous les cas, demandez conseil aux fournisseurs spécialisés qui vous feront part de leur expérience et vous guideront dans vos choix en focntion de vos attentes.

  • Quelle est la durée de vie d'une toiture végétalisée?
  • Il n'y a a priori pas de limite à la vie d'une toiture végétalisée, à condition que celle-ci soit régulièrement entretenue. Les deux premières années sont souvent déterminantes : il faut veiller au bon enracinement des végétaux dans le substrat et surveiller la progression de la couverture végétale. Une fois ce couvert obtenu, les plantes demanderont une fertilisation annuelle pour conserver un aspect satisfaisant. L'arrosage est également déterminant dans certaines régions : sans lui, il faut s'attendre à une dégradation visuelle progressive de sa toiture, jusqu'au déclin. Attention donc, à bien suivre les préconisations des fournisseurs en la matière.

  • A qui m'adresser pour la pose ? Puis-je poser moi-même ?
  • L'étanchéité de la toiture végétalisée (obligatoirement anti-racines) est posée par un étancheur qui peut se charger en sous traitance/cotraitance (avec une entreprise du paysage, un paysagiste concepteur, une entreprise "fournisseur de système" ) ou non de poser le système de végétalisation (couche drainante, couche filtrante, substrat, couche végétale). Pour la pose des sytèmes semi intensifs, il est plutôt recommander faire appel spécifiquement à un professionnel du végétal ou des systèmes de végétalisation. 
    Les compétences  sont complémentaires : l'étancheur répond aux problématiques liées au bâtiment et apporte la garantie décennale sur l'étanchéité végétalisée, obligatoire pour chaque projet de construction ; le fournisseur/poseur du système,  assuré lui aussi, maîtrise la partie végétale.
    Une auto-réalisation ne peut être exclue pour des petites surfaces non techniques (plane). Mais il est vivement conseillé, en raison de la garantie évoquée ci-dessus et de la technicité nécessaire pour le choix et la pose des matériaux de faire appel à des professionnels...

  • A quoi servent les zones stériles ?
  • Les zones stériles sont des zones volontairement dépourvues de végétation. Souvent, l'étanchéité dans ces zones  est recouverte de gravillons. De manière générale, elles permettent un accès aisé aux relevés d'étanchéité (périphérie, souche de cheminée, émergences diverses) au cours des opérations annuelles d’entretien. Elles évitent aussi le risque d’une détérioration du revêtement d’étanchéité pendant les opérations de fauchage de la végétation quand elle est à base de graminées. Les zones stériles empêchent l'obstruction des entrées d’eaux pluviales et des noues par le substrat ou le recouvrement invasif des végétaux. Le concepteur s’appuiera sur les règles professionnelles qui précisent leurs positions, largeur et les conditions dans lesquelles elles sont indispensables ou facultatives.

  • Comment prévoir une végétalisation sur une toiture existante ?
  • En rénovation d'une toiture terrasse inaccessible (au sens où elle n'est parcourue que ponctuellement pour des travaux d'entretien via des chemins de circulation bien définis), une étude technique préalable est absolument nécessaire, notamment dans le cas d’éléments porteurs en bois ou en tôles d’acier, pour vérifier la capacité de la structure existante à supporter le poids du système de végétalisation à CME (Capacité Maximale en Eau). Dans le cas de toiture en maçonnerie recouverte d’une couche de gravillon, il sera possible de remplacer cette dernière par un système de végétalisation extensif au moins voire semi-intensif (après une étude structure quand même). Pour rester dans le cadre de la garantie décennale des travaux, l’installation d’un système de végétalisation s’accompagnera préalablement de celle d’un nouveau revêtement d’étanchéité anti-racine posé par une entreprise qualifiée voire d'une reprise de l'isolation.

  • Allergie aux pollens et toiture végétalisée ?
  • Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique précise que (extrait de leur site, en février 2009) :

    " Tous les pollens ne sont pas allergisants. Pour provoquer des symptômes d'allergie, il est indispensable que les grains des pollens arrivent sur les muqueuses respiratoires de l´homme. Seules les plantes anémophiles disséminent les grains de pollens par le vent ; alors que les plantes entomophiles nécessitent l'intervention d'un insecte pour assurer leur fécondation en transférant le pollen de la fleur mâle d'origine à la fleur femelle réceptrice.

    - Les pollens allergisants sont émis par des plantes (arbres et herbacées) anémophiles."

    Adivet complète cette information en précisant que les Sedum plantes très généralement répandues dans les systèmes de végétalisation extensive des toitures sont entomophiles, principe de diffusion du pollen reconnu comme n'étant pas allergisant.

    Cependant, certains systèmes de végétalisation extensive ou semi-intensive peuvent incorporer des sélections de graminées, ligneux ou semi-ligneux anémophiles. Il convient donc de demander au concepteur du système de végétalisation de préciser la nature des végétaux prévues en plantation et ses recommandations pour éviter les risques d'allergie (programme renforcé d'entretien avec fauchage ou taille systématique avant floraison).

    nota : le vent peut aussi amener des plantes anémophiles (graminées adventices) sur la toiture, l'entretien de la toiture permettra de veiller à leur élimination si nécessaire (cas d'un environnement avec population sensible).

    pour plus d'information : consulter le site du RNSA ( Réseau National de Surveillance Aérobiologique )

  • Faut-il arroser une toiture végétalisée ?
  • eauCa dépend.
    Les plantes sélectionnées pour la végétalisation des toitures (Sedums et autres vivaces principalement) sont très résistantes à la sécheresse. Leur besoin en eau est très faible. Pour les toitures-terrasses, aucun arrosage n’est nécessaire, sauf en zone méridionale où un arrosage d’appoint peut s’avérer bénéfique pendant les périodes de sécheresse estivale. Pour ces situations, nous préconisons donc l’installation d’un arrosage automatique sur la toiture.

    Pour les toitures en pente, un système d’arrosage est très souvent nécessaire. Le besoin en eau variera en fonction de la pente, de l’exposition et du climat.

    Pour les toitures végétalisées qui ne nécessitent pas un arrosage régulier, une arrivée d’eau devra toutefois être prévue sur la toiture afin de permettre un arrosage ponctuel lors de la mise en place de la végétation ou lors de conditions climatiques très particulières (canicule 2003, par exemple).

  • Quelles règles respecter pour la réalisation d’une toiture végétalisée ?
  • Tout d’abord, une étude technique doit être menée par une entreprise spécialisée dans la végétalisation des toitures afin de s’assurer de la faisabilité du projet et définir un système de végétalisation adapté qui ne remette pas en cause la pérennité de l'ouvrage (capacité de la structure porteuse à reprendre les charges à CME et garantie sur la pérennité de l'étanchéité (clos et couvert)).
    Les référentiels techniques (règles) reconnus dans les professionnels sont les suivants :

    - Norme NF-DTU 43.1 (étanchéité de toiture avec élément porteur en maçonnerie  - dalle béton)/ DTU de référence pour les terrasses jardins (végétalisation intensive) 

    - Norme NF-DTU 43.3 (étancheité de toiture avec élément porteur en tôles d'acier nervurées)

    - Norme NF-DTU 43.4 (étanchéité de toiture avec élément porteur en bois)

    - et bien sûr les  Règles professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses végétalisées, éditées par l'ADIVET, la CSFE, l'Enveloppe Métallique du Bâtiment (ex SNPPA) 

    Vous pouvez choisir ensuite des systèmes de végétalisation bénéficiant d'une "certification" par le CSTB, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (Avis Technique, Atex, ETN) ou d'un Cahier des Charges de Prescription de Pose visé par un Bureau de Contrôle.
    Ce sont des documents primordiaux garantissant la qualité du produit et ses conditions d'emploi. 

  • Peut-on marcher sur une terrasse végétalisée ?
  • piétonCe n'est pas conseillé car ce n'est pas fait pour ça.
    Les  végétalisations  extensives ou semi-intensives sont particulièrement destinées aux toitures dites inaccessibles. Ces toitures et la végétation qui s'y développe ne sont pas prévues  pour pouvoir supporter beaucoup de poids et des piétinements nombreux et répétés.

    D'ailleurs des chemins de circulation sont spécialement conçus pour permettre aux techniciens de venir entretenir l'étanchéité et la végétation.