annuaire

Colloque Adivet

« Bâti végétalisé et biodiversité urbaine »
le 21 octobre 2021
SNHF – Société nationale d’horticulture de France

Attention : compte tenu du contexte, le passe sanitaire sera demandé pour pouvoir assister à l'événement.

Des intervenants d’horizon divers – MNHN, AgroParisTech, ARB Ile-de-France, LPO/U2B, Plante & Cité, cabinet d’architecture Chartier-Dalix, université de Lorraine, Cibi – apporteront leurs éclairages, analyses et expériences sur cette problématique mis plus que jamais en avant durant ces derniers mois avec la crise sanitaire traversée. Animée par Frédéric Madre (Topager, membre de l’Adivet et chercheur associé au CESCO (MNHN-CNRS-SU)), la journée sera aussi l’occasion d’échanges au cours de moments de convivialité.

Inscrivez-vous ! Cliquez sur le lien ci-après (nombre de places limité) :
https://www.helloasso.com/associations/adivet-l-association-des-toitures-et-facades-veg/evenements/colloque-bati-vegetalise-et-biodiversite-urbaine

 

MIN Transition Ecologique CMJN-soutenu

 

Programme du colloque

9h30 - Introduction par Y. Beix (Président de l’Adivet, Sopranature) et F. Madre (Topager, CESCO et modérateur du colloque)

Mot d’accueil de Jean-Pierre Gueneau, Président de la SNHF

9h45 - Conférence d’ouverture par un politique

10h - Intervention du cabinet d’architecture Chartier Dalix par Pascale Dalix

10h30 - Résultats de Grooves par Hemminki Johan (ARB Ile-de-France)

11h - Pause

11h15 - Florilège des plantes en toitures terrasses par Robin Dagois (Plante & Cité)

11h45 - Faune en toitures terrasses végétalisées par Maeva Felten (LPO/U2B)

12h15/30 - Déjeuner

14h - Biodiversité des substrats urbains par Sophie Boulanger-Joimel (AgroParisTech)

14h30 - Retours d’expérience par l’Adivet

15h - Bâti végétalisé et connectivités écologiques à l’échelle du quartier : une approche urbanistique par Morgane Flegeau (Université de Lorraine)

15h30 - Les labels BiodiverCity® : une démarche pour donner du sens et de l’importance au lot espaces verts par Olivier Lemoine (Elan)

15h45 - Conférence de clôture par Philippe Clergeau (MNHN)

16h30 - Mot de fin par l’Adivet

 

Infos pratiques

Date : 21 octobre 2021, de 9h30 à 17h00, accueil dès 9h

Lieu : SNHF – Société nationale d’horticulture de France – 84 rue de Grenelle – 75007 Paris

Participation aux frais (repas) : 60 €TTC (40 €TTC pour les adhérents Adivet)

Inscrivez-vous ! Cliquez sur le lien ci-après : https://www.helloasso.com/associations/adivet-l-association-des-toitures-et-facades-veg/evenements/colloque-bati-vegetalise-et-biodiversite-urbaine

Contact : contact@adivet.net et 06 69 18 68 27

Partenaires presse :

LogoPresse

Bâti végétalisé et biodiversité urbaine

La biodiversité urbaine est l’objet de toutes les attentions depuis plusieurs années. Ainsi nous redécouvrons comment le vivant s’invite et s’intègre dans les zones minérales urbaines, et comment les espèces peuvent s’adapter à ce milieu construit à l’origine uniquement pour regrouper les activités humaines.

La prise de conscience du grand public sur les questions écologiques guide les récentes politiques urbaines dans le sens d’une meilleure prise en compte de la biodiversité. Conscients des multiples atteintes à la biosphère, de plus en plus d’habitants des grandes agglomérations françaises et internationales souhaitent vivre dans des villes plus vertes, plus durables et plus écoresponsables. Si les parcs et jardins ont été les premiers espaces à accueillir un peu de « nature en ville », la place de la biodiversité est aujourd’hui repensée pour être plus fortement intégrée au bâti, afin que chaque espace potentiel puisse être efficacement support du vivant.

Cette évolution reste assez récente : l’émergence des toitures végétalisées date des années 90, avec un engouement marqué et une croissance importante entre 2000 et 2010. Les murs végétalisés ont commencé à se développer un peu plus tard, dans les années 2010. Encore plus récemment, l’agriculture urbaine en toiture a connu un essor important depuis 2015, posant aussi la question des synergies et antagonismes possibles entre biodiversité et production agricole, c’est-à-dire la question des usages de ces espaces et de leur destination, comme cela peut aussi être le cas pour le développement du photovoltaïque.

Le nombre des réalisations de bâtiments végétalisés étant maintenant significatif, on peut aujourd’hui se demander quelle est la capacité réelle des toitures et façades végétalisées à accueillir favorablement une flore diversifiée et notamment des espèces spontanées et locales, comment elles évoluent et ce qu’elles apportent à la ville et à ses habitants.

Plusieurs programmes de recherche ont été suivis sur ce sujet ces dernières années, par exemple l’étude Grooves de l’ARB Ile-de-France et le programme Florilèges Toitures de Plante & Cité. Ces études permettent de comprendre le devenir des toitures végétalisées, au niveau de la composition végétale, de la dynamique des communautés d’espèces et de leurs interactions.

L’impact de ces installations peut être également étudié du point de vue de la faune et de la microfaune : arthropodes (dont insectes), oiseaux, chiroptères (chauves-souris), micro-organismes du sol : sont-ils présents, comment se sont-ils « appropriés » ces espaces ? Ces réalisations constituent-elles des lieux accueillants pour leur permettre de s’y installer et s’y développer ? Quelles sont les conditions pour que leur implantation, leur développement et leurs interactions soient optimum ?

Enfin ces « îlots de nature » peuvent-ils être reliés les uns aux autres, pour construire une ville interconnectée, de façon fluide, à la nature ? Peut-on en mesurer les effets positifs pour la biodiversité mais aussi pour le bien-être des urbains au travers de ce que l’on nomme les « services écosystémiques » ?

Lors de ce colloque à l’initiative de l’Adivet, l’association des toitures et façades végétales, nous aborderons ces questions et tenterons d’y apporter des éléments de réponse au gré des interventions des spécialistes de la biodiversité, de l’environnement, mais aussi de l’architecture et de l’urbanisme.

 

Présentation des intervenants (dans l'ordre d'intervention)

 

Frédéric Madre

Frédéric Madre, docteur en écologie urbaine, a soutenu en 2014 une thèse sur la biodiversité des bâtiments végétalisés, travaux de recherche pionniers en France sur le sujet. Il a ensuite cofondé la jeune entreprise innovante Topager qui conçoit, réalise et entretient des projets d'agriculture urbaine et de végétalisation en faveur de la biodiversité sur les toits des villes. Il est aussi chercheur associé au laboratoire CESCO (MNHN - CNRS - SU), Centre des Sciences de la Conservation, et accompagne des projets scientifiques sur la thématique de la végétalisation et des relations citadins/biodiversité.

Pascale Dalix

Architecte DPLG, fondatrice et directrice de l’agence ChartierDalix, P. Dalix est également membre de l’Académie d’Architecture et enseignante à l’Ecole d’Architecture de Versailles. En douze ans d’expérience, une vingtaine de bâtiments ont été livrés par l’agence, dont le groupe scolaire de la biodiversité à Boulogne-Billancourt. L’architecture est envisagée comme un système construit combinant l’accueil du vivant et la poésie.

Hemminki Johan

Naturaliste et écologue à l'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France. Spécialisé en entomologie, il s'intéresse notamment aux démarches et pratiques favorables à l'intégration de la biodiversité dans le milieu urbain. A travers plusieurs études de l'Agence, il cherche également à mieux comprendre le rôle et les interactions avec le vivant de certains espaces tels que les cimetières, les toitures végétalisées ou les sites en agriculture urbaine.

Robin Dagois

Robin Dagois est chargé de mission Sols Urbains, Agronomie et Innovation Végétale à Plante & Cité. Il anime et coordonne des études en lien avec diverses questions sur les sols urbains, la gestion de l'eau et le bâti végétalisé. Depuis 2018, il participe notamment à des études sur la désimperméabilisation des villes, la biodiversité des sols urbains, la construction de sols à partir de délaissés urbains et la gestion et la conception écologiques des espaces verts.

Maeva Felten

Maëva Felten est ingénieure agronome de formation et titulaire d’une maitrise en fonctionnement et gestion des écosystèmes. Elle participe aujourd’hui à l’amélioration de la prise en compte de la biodiversité dans l’aménagement du territoire en tant que responsable du programme Nature en ville de la LPO. Elle anime le club Urbanisme, Bâti et Biodiversité qui réunit, plusieurs fois par an, les acteurs de l’aménagement autour de thématiques telles que biodiversité et chantiers urbains, les sols vivants, les trames écologiques, etc.

Sophie Boulanger-Joimel

Docteure en sciences agronomiques, Sophie Joimel est Maître de conférences à AgroParisTech (UMR INRAE-APT ECOSYS). Elle participe à la formation des étudiants ingénieurs et masters et développe des recherches sur la biodiversité des sols : dynamique et patrons de distribution, contribution aux services écosystémiques, etc. en milieu agricole et urbain. Référente scientifique de la toiture Bertrand Ney, elle gère la coordination des projets sur cette toiture potagère expérimentale d'AgroParisTech située dans le centre de Paris.

Morgane Flégeau

Morgane Flégeau est maîtresse de conférence en Géographie et Aménagement à l’Université de Lorraine. Ses thématiques de recherches portent sur la prise en compte des questions environnementales et écologiques dans les politiques publiques, notamment urbaines. Elle a participé à la réalisation d’une revue systématique portant sur les liens entre biodiversité et formes urbaines dans le cadre du programme Baum (Biodiversité, aménagement urbain et morphologie) – porté conjointement par le Plan urbanisme construction architecture (Puca), le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et la FRB.

Olivier Lemoine

Naturaliste (botaniste, ornithologue) et écologue, Olivier LEMOINE est un expert et un pionnier de la biodiversité en France. Il a une carrière d’ingénieur écologue conseil. Il a été Vice-président de l’AFIE (Association Française Interprofessionnelle des Ecologues). Aujourd‘hui, Il dirige le pôle biodiversité-biophilie d’ELAN, société de conseil en immobilier durable, et anime la thématique biodiversité et construction chez Bouygues Bâtiment France Europe. Initiateur des labels BiodiverCity©, il est avec Elan membre fondateur du CIBI, dont il assure aujourd’hui la fonction de Directeur scientifique et technique.

Philippe Clergeau

Philippe Clergeau est professeur d’écologie au Muséum National d'Histoire Naturelle et consultant en urbanisme écologique. Ses recherches en écologie sont ciblées sur l’installation des biodiversités urbaines et notamment sur le rôle de l'organisation des paysages et des planifications. Il travaille sur la mise en œuvre des trames vertes et sur l’ingénierie écologique des bâtiments et infrastructures. Il anime plusieurs programmes interdisciplinaires et enseigne dans de nombreuses grandes écoles dont des écoles d’architecture et de paysage. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la gestion de la nature dans la ville, notamment Clergeau, P. coord 2020. Urbanisme et biodiversité, Rennes : Apogée ed. Pour en savoir plus : http://philippeclergeau.free.fr