annuaire

Entretien des toitures végétalisées extensives

Les toitures végétalisées extensives doivent tendre vers un fonctionnement en éco-système ce qui a l'avantage de réduire au mieux l'entretien de la végétation. Cependant cet entretien très réduit reste absolument indispensable pour garder la maîtrise du développement végétal.

L'entretien a pour objectif d'obtenir ou de conserver un taux de couverture végétal supérieur à 80%, de maîtriser le développement d'espèces adventices, d'assurer le développement durable de la végétation choisie. Il consiste généralement au nettoyage des entrées d'eaux pluviales, à l'enlèvement des déchets apportés par le vent, à la remise en place de la couche de culture en cas de déplacement par le vent, au désherbage manuel des végétaux indésirables (adventices), à la reprise des zones dépourvues de végétation et à une fertilisation d'appoint selon examen in situ. Dans le cas spécifique de végétalisation à base de graminées, une opération de fauchage est également à prévoir. Pour les toitures équipées d'un réseau d'arrosage automatique (selon prescription du concepteur du système de végétalisation en fonction des zones géographiques), il faut prévoir sa maintenance et sa purge en hiver.

Après installation du système, les Règles professionnelles de la CSFE distinguent 2 périodes d'entretien de la végétalisation qui se succèdent comme suit :

1- Période de confortement : période d'entretien nécessaire après installation du système en toiture pour obtenir un taux de couverture supérieur à 80%. Elle est variable en fonction du mode d'installation de la végétation (cf. tableau ci-dessous extrait des Règles professionelles ).

Type de végétalisation

Eléments

précultivés

Plantation,

micromottes,

godets

Semis

Durée de la période de confortement

3 à 6 mois

1 à 2 ans

1 à 3 ans

Fréquence minimale d'intervention

1 à 2* fois par

3 à 4 fois par an

3 à 4 fois par an

* en cas de terrasse ombragée

2- Période d'entretien courant : elle suit celle de confortement afin de maintenir un taux de couverture supérieur à 80%. La fréquence minimale est de 2 passages par an.