Les clés de la réussite pour les TTV

Règles professionnelles

Edictée en 2018 par l'Adivet,  la CSFE et l'Enveloppe Métallique du Bâtiment, la 3ème édition des Règles Professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses et toitures végétalisées vient combler le vide des textes réglementaires, en matière de complexe d’étanchéité et de végétalisation des terrasses et toitures végétalisées.

Conception 

Un architecte  saura vous conseiller sur la faisabilité  de votre projet et saura vous proposer une solution (neuf ou rénovation). Une bonne prise en compte de la nature du support et du complexe isolation-étanchéité est fondamentale pour la conception de la toiture végétalisée. Ensuite, les différents constitutifs de la végétalisation (drain, filtre, substrat, espèces végétales) seront choisis en fonction de vos attentes et des possibilités offertes par l'ouvrage dans son environnement ( climat, exposition, pente de la toiture, ...).

 Conditions climatiques :fonctionnant en éco-système, la végétation de toiture se développera naturellement dans la plupart des régions françaises. Toutefois, dans les régions arides (exemple : climat méditerranéen) un arrosage complémentaire s'avèrera indispensable. Charge au concepteur-fournisseur du système de végétalisation de toiture de définir les dispositions appropriées à chaque situation de toiture ( région, exposition, pente, aspect, ...).

Entretien des toitures végétalisées extensives et semi intensives

Les toitures végétalisées extensives et semi-intensives doivent tendre vers un fonctionnement en éco-système ce qui a l'avantage de réduire au mieux l'entretien de la végétation. Cependant cet entretien même très réduit reste absolument indispensable pour garder la maîtrise du développement végétal.

L'entretien a pour objectif d'obtenir ou de conserver un taux de couverture végétal supérieur à 80%, de maîtriser le développement d'espèces adventices, d'assurer le développement durable de la végétation choisie. Il consiste généralement au nettoyage des entrées d'eaux pluviales, à l'enlèvement des déchets apportés par le vent, à la remise en place de la couche de culture en cas de déplacement par le vent, au désherbage manuel des végétaux indésirables (adventices), à la reprise des zones dépourvues de végétation et à une fertilisation d'appoint selon examen in situ. Dans le cas spécifique de végétalisation à base de graminées, une opération de fauchage est également à prévoir. Pour les toitures équipées d'un réseau d'arrosage automatique (selon prescription du concepteur du système de végétalisation en fonction des zones géographiques), il faut prévoir sa maintenance et sa purge en hiver.

Après installation du système,{tdownload}RP-TTV-3eme-edition.pdf:la 3ème édition des Règles Professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses et toitures végétalisées{/tdownload}

distingue 2 périodes d'entretien de la végétalisation qui se succèdent comme suit :

1- Période de confortement : période d'entretien nécessaire après installation du système en toiture pour obtenir un taux de couverture supérieur à 80%. Elle est variable en fonction du mode d'installation de la végétation .

Type de végétalisation

Eléments

précultivés

Plantation,

micromottes, 

godets

Semis
Durée de la période de confortement 3 à 6 mois 1 à 2 ans 1 à 3 ans
Fréquence minimale d'intervention 1 à 2* fois par 3 à 4 fois par an 3 à 4 fois par an

* en cas de terrasse ombragée

2- Période d'entretien courant : elle suit celle de confortement afin de maintenir un taux de couverture supérieur à 80%. La fréquence minimale est de 2 passages par an.